Un bilan financier sain pour 2018

economie 28 mars 2019

La maîtrise et la gestion saine du budget de la commune ont permis de proposer aux Montiliens des services et des projets de qualité, adaptés à leurs besoins. Avant le vote du budget 2019, voici un zoom sur le bilan financier de 2018.

Une qualité de service public, pour tous

Les dépenses réelles de fonctionnement s’élèvent à 895 euros par habitant. Elles sont largement inférieures à la moyenne départementale (1173 euros par habitant) et à la moyenne régionale (1323 euros par habitant). A noter : à Monteux, les dépenses réelles de fonctionnement par habitant sont en baisse depuis 2014. C’est le résultat des mesures d’économie engagées depuis 2014.

Les recettes réelles de fonctionnement proviennent de différentes sources : Dotation Globale de Fonctionnement attribuée par l’Etat, impôt des ménages, produits de service, autres impôts… Parmi elles, on compte les recettes générées par les parkings de Lac de Monteux. Elles représentent 462 711,95 euros. Cela a permis à la commune de ne pas augmenter les taux communaux d’imposition pour la troisième année consécutive.

De grands projets pour la ville et les Montiliens

62% des dépenses réelles d’investissements ont été consacrés aux travaux et aux subventions d’équipement avec deux priorités cette année :

- les équipements collectifs pour les associations, l’enfance, l’environnement et la sécurité (équipements sportifs, écoles, site naturel des Confines, aménagement du Centre de Supervision Urbain)

- le patrimoine montilien : il constitue l’identité de la commune et les Montiliens y sont très attachés.

Les subventions d’équipement constituent une participation aux dépenses de la communauté de communes pour la construction de parkings au Lac de Monteux qui sont générateurs de recettes pour la ville.

Ces réalisations sont possibles grâce aux recettes réelles d’investissement, qui proviennent de subventions, de l’emprunt, de la taxe locale d’équipement (TLE)…

Des impôts toujours faibles

Améliorer la qualité des services proposés aux Montiliens et leur cadre de vie, sans augmenter les impôts, le défi a encore une fois été relevé en 2018. Les taux communaux d’imposition n’ont pas augmenté, ils sont toujours parmi les plus bas du département, de la région et même de France : en 2017 un Montilien a payé en moyenne 395 euros d’impôts à la commune. Voici à titre de comparaison les autres moyennes :

    • Comment s’organise le vote du budget de la ville ?

    Le Conseil municipal vote dans un premier temps le bilan financier de l’année précédente : c’est le compte administratif.

    Après le Débat d’Orientation Budgétaire (DOB), le Conseil municipal vote le budget prévisionnel de l’année.

    • Comment est structuré le budget communal ?

    Il comporte deux sections distinctes : la section de fonctionnement et la section d’investissement.

    Section de fonctionnement : toutes les opérations concernant la gestion courante des services (rémunération des personnels, fonctionnement des services, achat de fourniture, chauffage des bâtiments communaux, etc.)

    Section d’investissement : toutes les opérations qui accroissent ou diminuent la valeur du patrimoine de la collectivité (travaux, équipements…)

    En plus du budget général, la commune peut se doter de budgets annexes pour bien individualiser certaines opérations spécifiques.

Les chiffres de la commune sont comparés aux moyennes de communes qui appartiennent à la même strate de population (entre 10 000 et 20 000 habitants) - classification retenue par le Ministère de l’économie et des finances. Les chiffres contenus dans cet article, en euros par habitant, sont ceux de 2017 (Source : Trésorerie générale) car les communes n’ont pas encore communiqué ceux de 2018.