Patrimoine de Monteux : actions en cours

aménagement/travaux, patrimoine 18 novembre 2020

Voici un tour d’horizon des principales actions en cours pour la préservation et valorisation du patrimoine montilien.

Les façades de la Tour Clémentine sous surveillance

La Tour Clémentine, est un monument historique classé. Dernièrement, suite à un contrôle effectué avec un drone, un début de fissuration a été relevé sur sa façade Sud.  

Une intervention de haut-vol 

Avant toute intervention, des « fissuromètres » ont été installés par des cordistes (photo ci-dessus) : ils sont descendus en rappel le long de la façade afin de pouvoir poser ces petits appareils de mesure.  

Grâce à des contrôles mensuels, cette opération va permettre de suivre l’évolution des fissures et devrait permettre de définir la nature et le coût des travaux de consolidation à réaliser pour assurer la pérennité du bâtiment.  

Cette prestation de contrôle a un coût estimé à 40 000 euros HT, une demande de subvention auprès de la DRAC a été faite (lire ci-après). 

La DRAC sollicitée

Suite à la visite de Pierrick Rodriguez, Conservateur des monuments historiques de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) en charge du Vaucluse, le Conseil municipal a voté la demande d’une subvention auprès de cet organisme pour financer en partie les diagnostics préconisés. Cliquez sur les monuments pour en savoir plus : 

  • Deux chantiers « d’urgence » ont déjà été effectués sur le Portail neuf : la pose d’une casquette pour assécher les maçonneries et éviter la dégradation du monument et l’étaiement de la voûte pour parer à son effondrement. Le diagnostic recommandé par le Conservateur, en plus d’évaluer la nature et le coût des travaux à réaliser, devra comporter un état des lieux « pierre par pierre » afin de pouvoir identifier celles qui s’effritent et qui ne remplissent donc plus leur fonction.  

  • Afin de réaliser la réfection complète de la couverture de l’église et obtenir à cette fin une subvention de la DRAC, un diagnostic est nécessaire, notamment pour savoir si le faux-plafond peut être conservé, réhabilité ou démoli, afin de rendre à l’église son aspect original, avec la charpente en bois apparente.  

Pour en savoir plus, consultez le Journal de Monteux du mois de novembre