Accueil
A- A A+
Vous êtes ici → AccueilJe découvreLe tourismeLe Feu de Monteux

Le Feu de Monteux

Le Feu de Monteux

Chaque année, le 4ème samedi du mois d'août, dans le cadre des festivités de la Saint Jean, il y a le Feu de Monteux !

Pourquoi un si grand feu d'artifice…à Monteux ?

« Monteux, capitale du feu d'artifice », c'est une réputation qui ne s'est pas faite en un jour.

Elle s'est construite d'année en année et elle est aujourd'hui assez bien répandue. Chaque année, « Le Feu de Monteux » réalisé par l'entreprise Lacroix - Ruggieri attire plus de 40 000 spectateurs et fait partie des plus grands feux d'artifice au monde.

C'est Calixte Aulagne, menuisier-ébéniste, qui implante l'industrie de la pyrotechnie à Monteux.
Conscient du potentiel que représentaient ces nouveaux divertissements, il poursuit l'activité avec ses deux fils Bruno et Cyprien et un ouvrier Jean Baptiste Bertier. Cyprien, resté bientôt seul, donnera un extraordinaire essor à l'entreprise.

Devant cette réussite, certains de ses cadres ont l'idée de s'installer à leur compte à Monteux ou ailleurs :

D'abord Bertier et Triolet, associés au début, puis séparés. Triolet disparut et l'usine Bertier démontée fut vendue.
Ensuite Provençal créa une petite usine à Monteux, il la vendit à Monsieur Breynat.
Puis Jules Fabre s'installa également à Monteux vers 1900. Ses deux fils Justin et Gilbert Fabre développèrent l'usine et Gilbert Fabre, resté seul, eut le privilège de tirer un feu pour le Shah d'Iran.
Puis Tronc et Martin, leur exploitation cessa quelques années après sa création.

Jean installa une petite exploitation à Saint Didier. Il la céda à Jacques Ulpat qui transporta l'usine à Monteux pour la céder à Jacquin c'était l'usine Bellerive.

Crédit photo : Stéphane Mommey www.mommey-photographe.com

Il y eut à Monteux jusqu'à cinq usines de pyrotechnie.

En 1918, Alexis Villié racheta l'usine Bellerive à Jacquin et s'associa à Monsieur Breynat, jusqu'en 1921, date à laquelle tous deux se réunirent avec la Maison Aubin pour créer les Etablissements Ruggieri - en 1739, « les frères Ruggieri » venus d'Italie ont commencé leur éblouissante carrière d'artificiers du roi Louis XIV. Cette famille d'artificiers n'a alors cessé de mettre son art au service de célébration d'événements historiques et des réjouissances publiques - qui rachetèrent ultérieurement les maisons Bertier et Fabre. « Ruggieri » devenait alors le patronyme synonyme de pyrotechnie.

Des générations de Montiliens travaillèrent dans les ateliers Ruggieri. Certains y laissèrent même leur vie.
Après les dernières explosions meurtrières, 1973 et 1977, les établissements Ruggieri se regroupèrent sur le site des Confines et du Pérussier - au Nord de la commune - avant de délocaliser leur production dans le sud-ouest de la France à la fin des années 1990.

La ville de Monteux racheta alors les anciens sites pyrotechniques et se développa prioritairement dessus. C'est le cas aujourd'hui du Camping municipal et du Parc Bellerive, du Parc d'habitations de Breynat, du Parc du Château d'Eau, du Quartier d'habitations Jules Fabre, de la zone sportive et naturelle des Confines.

Dans les années 80, l'entreprise Lacroix - fondée par le Toulousain Étienne Lacroix en 1848 - était le principal concurrent de l'entreprise Ruggieri. C'est en 1997, que l'entreprise Ruggieri a été rachetée par Lacroix. Depuis, l'entité Ruggieri se hisse au premier rang européen des concepteurs de spectacles pyrotechniques. L'entreprise accueille un centre de formation des artificiers agréé par l'Etat et est toujours dirigée par la famille du fondateur. En 2013, la célèbre société de pyrotechnie « Lacroix-Ruggieri » change de nom pour retrouver le nom qu'elle avait avant son départ de Monteux : « Ruggieri ».

Malgré le départ des artificiers, Monteux reste attachée à sa réputation de « capitale de la pyrotechnie ».

A travers le grand feu d'artifice annuel signé « Ruggieri », la ville cultive la création et la composition pyrotechnique et bénéficie en avant première des dernières nouveautés dans ce domaine.

Le Feu de Monteux a lieu à la Plaine des Sports "Raymond Chabran" situé au Sud de la commune.

En 1989, les spectateurs étaient installés à l'intérieur du stade Bertier, au nombre de quelques milliers, jusqu'à près de dix mille les grandes années.
Depuis 1989, le feu d'artifice a évolué jusqu'à devenir depuis une dizaine d'année un véritable événement pyromélodique connu et reconnu en France et dans le monde. 
En seulement vingt ans, le nombre de spectateurs a quadruplé passant de dix mille à plus de quarante mille.

Le feu de Monteux est un feu d'art et d'essai. D'une oeuvre littéraire, au conte fantastique, en passant par l'opéra, d'une année sur l'autre, la ville n'hésite pas à faire le grand écart pour explorer de nouvelles thématiques.

- En 1999, le feu de Monteux s'intitulait « 1000 ans d'histoire »

- Pour l'an 2000, évidemment, le Feu de Monteux s'est projeté dans le futur en apostrophant le public sur la question « 2000, et après ? ».

- Le Feu de Monteux a exploré les portraits littéraires avec « Saint-Exupéry, visionnaire » en 2001 et « Un citoyen nommé Hugo » en 2002.

- Le Feu de Monteux a pris des tournures d'événements engagés avec « La femme est l'avenir de l'homme » en 2003.

- L'Histoire a également été abordée. C'était « Le faiseur de pluie » en 2004, pour marquer le 900ème anniversaire de Saint Gens, saint patron de Monteux.

- En 2005, plongée dans la science-fiction avec « De la Terre à Titan ».

- Petite rétrospective, en 2006, en l'honneur de Mozart, avec « La flûte enchantée ». D'après l'entreprise Lacroix-Ruggieri c'était le 1er opéra pyrotechnique au monde ... et sans doute le dernier, car trop difficile. Une parfaite cohérence entre les couleurs, les ambiances pyrotechniques et les différentes phrases musicales de l'opéra de Mozart avait été créée. Chaque couleur étant attachée à un personnage. Une prouesse artistique étonnante et détonante !

- L'année 2007 a été marquée de nouveau par un feu d'artifice « engagé » avec « Canta, canta, Europa mia ».

- Plus léger, en 2008, le feu d'artifice proposait un voyage dans un conte fantastique avec « La Dame du lac ».

- En 2009, la belle gauloise « Lilix, princesse de Vix » éblouissait les yeux des petits et des grands.

- En 2010, le Feu de Monteux a encore innové avec un hommage pyromélodique à toutes les mamans du monde « Ô Mamma ! ». Tout en musique et en effets spéciaux, il a invité le public à participer au spectacle. Un nouveau concept : en direct, Gérard Luc, animateur, a incité le public à chanter et à danser sur la chorégraphie endiablée des danseuses - devenues depuis championnes du monde - de l'école de Hip-hop montilienne Up'N Dance, dirigée par Caroline Allavena. Un événement pyrotechnique au cours duquel les spectateurs étaient acteurs du spectacle.

- L'année 2011 ayant été dédiée à « L'Amérique à la fin du 19ème siècle » c'est tout naturellement que le thème du feu d'artifice a été l'abolition de l'esclavage, moment historique d'accession à la Liberté pour des millions d'afro-américains mais également thème d'une brûlante actualité début 2011 avec « Les printemps arabes »... « Avec toi, Liberté » fut un magnifique hymne à la Liberté.

- La ville de Monteux ayant choisi comme thème de l'année 2012 « le patrimoine », le Feu d'artifice a dévoilé « LES SECRETS DE MONTEUX ». Sous la forme d'un conte des mille et une nuits, un jeune montilien « Juju » et sa maman ont découvert une mystérieuse boîte. Ils l'ont ouverte et ont délivré ainsi le « Bon Génie de Monteux » enfermé là par Calixte Aulagne, le pionnier de la pyrotechnie à Monteux. Pour les remercier, il leur a proposé de faire trois voeux. Il s'en est suivi une incroyable et merveilleuse découverte des secrets de Monteux d'hier et d'aujourd'hui...

- En 2013, la ville de Monteux ayant choisi comme thème de l'année la devise de Monteux « Unitas fortitudo » « L'Union fait la force », le Feu d'artifice du mois d'août intitulé « Dis, papé... » a mis à l'honneur l'importance du lien entre les générations. Le scénario a mis en scène Manon (Justine Deveaux), 10 ans, en vacances chez son Papé Michel (Michel Galabru). Dialogues, moments partagés, rêve d'enfant pour l'une, évocation de souvenirs pour l'autre, ... Manon et son Papé Michel nous ont fait voyager, rêver et partager leurs émotions dans un univers pyromélodique original.

- En 2014, année du centenaire du début de la Grande Guerre de 14-18, la ville de Monteux a montré qu'on peut tirer un feu d'artifice sur un thème aussi dramatique que celui de la guerre et en faire un spectacle distrayant et accessible à tous. Le scenario s'est construit autour de deux jeunes amoureux Justine et Heddy. Le père, Français, et la mère, Allemande, de Justine se sont connus grâce aux jumelages des villes. La célébration de leurs noces d'argent a réuni les familles Allemandes et Françaises, le 1er août 2014, cent ans après l'ordre de mobilisation générale de 1914. L'occasion de faire des allers-retours entre 2014 et 1914, et par là même de mettre en perspective les atrocités de la Grande Guerre avec le bonheur de vivre en paix aujourd'hui. "Allons z'enfants" est le titre du Feu de Monteux 2014.

- En 2015, la Ville de Monteux a choisit comme thème « la Fraternité ». Cette fraternité que beaucoup appellent d'autant plus de leurs voeux que le monde est difficile et troublé. Les misérables de Victor Hugo... Lorsque Jean Valjean, le bagnard, hirsute, rejeté de partout, arrive chez l'évêque de Digne, il lui dit : « Monsieur, comment pouvez-vous ainsi accueillir, chez vous, sans méfiance, un homme à la mine aussi sauvage que moi, et dont vous ne connaissez même pas le nom ? ». L'évêque, admirable, lui répond : « Si, je le connais ton nom, tu t'appelles mon frère », titre du Feu de Monteux 2015.

- En 2016, le Feu de Monteux avait pour titre « Le premier immortel ». Nous sommes en 2026, c'est-à-dire demain ! Des progrès extraordinaires viennent d'être réalisés dans le domaine des neurosciences et des nanotechnologies. C'est dans cette ambiance que le Feu de Monteux a mis en scène une fantaisie pyrotechnique, joyeuse et débridée, volontiers délirante. Un père qui vient de recevoir le Prix Nobel de médecine, sa fille semblable à toutes les filles de 18 ans et son copain Grégory ont entrainé les spectateurs dans une succession de quiproquos et les ont amené à rêver que la vie, peut-être, pourrait devenir immortelle. Fiction ou anticipation ?